11/08/2022

Analyse de notre vie

 


Analyse de notre vie
 
Enfouie dans ma couette
seule dans l’obscurité
des souvenirs de nous
surgissent dans la tête.
 
Je vois notre vie défiler
notre adolescence délaissée
dans ce lieu sans amour
les batailles de femme isolées. 
 
Je pense à notre vie solitaire
de femme, de mère et mamy
à toutes ces questions sans réponses
les regrets des actions pas réalisés . 
 
Ma conscience humecte mes yeux
j’entends une voix muette fracassant
je vois défiler notre vie en un éclair
je revois aussi des moments heureux.
 
Machinalement tous les jours
dans la pénombre j’observe ma tablette
pour lire un nouveau message de toi
elle est figée depuis 1 mois.
 
Brusquement comme un coup de fouet
je réalise que nos vies se sont séparées
dans le silence des larmes je te dis:
JE T'AIME ♥
 
Lina Randazzo
11 août 2022
 Copyright © 2012. All Rights Reserved.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Analisi della nostra vita
 
Rannicchiata nel mio piumone
sola nell'oscurità
dei ricordi di noi
sorgono nella testa. 
 
Vedo la nostra vita scorrere
la nostra adolescenza abbandonata
in quel luogo senza amore
le battaglie di donne isolate. 
 
Penso alla nostra vita solitaria
di moglie, madre e nonna
a tutte quelle domande senza risposte
il rammarico per le azioni non realizzate . 
 
La mia coscienza inumidisce i miei occhi
sento una voce muta che urla
vedo la nostra vita scorrere in un lampo
vedo anche dei momenti felici .

Meccanicamente ogni giorno
nella penombra osservo il mio tablet
per leggere un nuovo messaggio da te
lui è rimasto immobile di già un mese.
 
Improvvisamente come un colpo di frusta
mi rendo conto che le nostre vite si sono separate
nel silenzio delle lacrime ti dico:
TI VOGLIO BENE ♥
 
Lina R.
11 agosto 2022
 Copyright © 2012. All Rights Reserved.
 
...♥
 

11/10/2021

Encor plus loin



Encor plus loin

Née après la grande guerre
dans ces moments difficiles
chacun de mes parents on vécus
sa situation personnelle et familiale
sa propre sensibilité de cette guerre
trouvant de nouvelles façons de vivre
ou survivre en acceptant son propre destin.

Aujourd’hui je vive une autre guerre
Celle de tous le jour : la crainte,
l’émotion, la solitude, la maladie,
les silences assourdissant, les échecs…
 
Si improbables puis apparaitre
j’oublie ma guerre personnelle
devant les lumières et couleurs,
les chantes d’oiseaux, la caresse du vent
le baisé chaleureux du soleil. 
 
Devant la beauté du monde 
une grande émotionne saisi mon âme.
Avoir l’espoir de parcourir encor
et encor de plus en plus loin mon chemin
remerciant matin et soir Celui qui tout m’offre.

Lina Randazzo
20 janvier 1998
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ancora più lontano

Nata dopo la Grande Guerra
in questi momenti difficili
ognuno dei miei genitori ha vissuto
la sua situazione personale e familiare
la propria sensibilità di questa guerra
trovando nuovi modi di vivere
o sopravvivere accettando il proprio destino.

Oggi vivo un'altra guerra
Quelle di tutti i giorni: la paura,
l'emozione, la solitudine, la malattia,
i silenzi assordanti, le sconfitte...
 
Così improbabile può apparire
dimentico la mia guerra personale
di fronte alle luci e ai colori,
il canto degli uccelli, la carezza del vento
il bacio caldo del sole. 
 
Davanti alla bellezza del mondo 
una grande emozione afferra la mia anima.
Avere la speranza di percorrere ancor
e ancora sempre più lontano la mia strada
ringraziando mattina e sera Colui che tutto mi offre.

Lina Randazzo
20 gennaio 1998
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
 
...♥

17/09/2021

Le retour du petit ange sur la terre

 Un jour Dieu envoya sur la terre un petit ange chez une dame qui passait une bonne partie de ses journées toute seule....

 "Tu vois mon petit ange bien aimé! Bientôt ta mission finira,...

L'ange se serra fort contre Dieu et lui demanda :

"Dieu je voudrais rester encore sur terre et être là quand elle fermera ses yeux."
  
 
 ...Quelques jours âpres son dialogue avec Dieu du secret des l’armes de la vieille dame


 Le retour du petit  ange sur la terre  (2)
 Le petit ange avait dit à Dieu  
"Dieu je voudrais rester encore sur terre et être là quand elle fermera ses yeux."
 
Alors Dieu en le serrant très fort lui dit : Vas mon petit ange
Mais elle pourra me voir encore ?

Oui seulement quand elle est triste et elle pleura, alors tu sécherai ses larmes, mais ce fois ci quand tu reviendrai tu reviens avec elle.
Avec elle ? dit l’ange en continuant  : Mais quand ?.

Dieu lui sourit et lui dit : " le moment que je le déciderai" Puis avec tendresse caressa son petit visage.

L’ange fit ce que Dieu avait dit, quand la vieille dame était triste et pleurait délicatement il sécha ses larmes. Elle le revois et lui sourit. L’ange lui demanda pourquoi tu est triste et pleure tu ? et elle répondit:

- Les larmes sont toutes les souvenirs lointaines qui réveillent des cicatrices jamais refermées

- La tristesse c’est d’avoir la sensation que ma vieillesse et ma maladie soient un lourde fardeau pour eux, la façon de m’exprimer,  de comprendre tout de travers, et  un élocution incompréhensible  aussi me attriste.

Je désir que mon fils viens me chercher pour passer une journée avec sa famille
Aider sa compagne à préparer le repas comme quand je le préparais pour lui et pour me sentir encor utile pour eux.

Oui je comprend bien dit le petit ange.  -Tu sais ton fils il t’aime, seulement maintenant il a sa familles, les enfants oublient les souvenirs heureux ou tristes de leur jeunesse.

Puis la vielle dame lui suris et lui dit :

Je comprend,   mais tu vois ? J’aimerai que mon enfant m’emmène dans les rues pour admirer les vitrines allumées en fête , ressentir le soleil sur mon visage comme autre fois, sentir tous les parfums que la nature nous offres, tous ces choses que je faisais pour lui quand était encore un enfant, tous ces choses avant que je ne puisse plus marcher, et …

Le petit ange l’interrompe avec un haire intriqué :  - C’est quoi cette lettre dans ton coffret secret ?

La dame lui répondit "C'est une petite lettre que j’ai écris à mon fils. 
L’ange la regarda avec tendresse en essuyant  une larme sur le  visage  et lui demanda encore: : Je peux la lire ? - la dame avec un petit sourire lui donne la lettre.
..........

Mon cher fils

Avant tout sache que je t’aime et que pour moi ta venue au monde c’était une bénédiction de Dieu.
Je voudrais te donner un petit conseil pour quand un jour je serai encore plus vieille.

Mon fils sois patient avec moi si je n’arrive plus à comprendre les mots que tu dirais, parle-moi doucement sans t’énerver et s’il le faut, répète-moi plusieurs fois les mots si mes oreilles n’entendent plus comme avant.

Ne juge pas mes décisions, ne critique pas ma façon de marcher et si tu vois une larme dans mes yeux ne m’envisage pas avec dédain car cette larme ce n’est pas par un caprice de vieille femme, mais c’est une larme d’émois en te voyant après un long absence devant moi si grand et si beau.

Si je te parle avec une voix tremblotant ne te mette pas en colère, car je suis toujours moi, ma voix tremble mais mon esprit est encore intacte..

Mon cher fils si tu vive dans une ville loin de moi , viens me rendre visite... Oh je sais bien que les temps sont durs pour tout le monde venir ici  il faut sacrifier un budget, rappelle toi mon chéri que nous étions pauvres, mais notre affection  notre unions en famille était notre richesse inestimable, et aujourd’hui ma richesse c’est de te voir de temps en temps, je n’ai pas besoin de ton argent, de cadeaux, mais seulement que tu sois ici avec moi plus souvent .

Mes souvenirs les plus heureux ce sont nos réunions en famille le dimanche, les anniversaires, tous les cris de joies des enfants quand Père Noël sonnait à la porte et distribuait les cadeaux.

Aujourd’hui les petits sont grands, ils vivent leur vies bien différent et "c’est bien normale" une grand-mère n’est pas leur joie d’autre fois... Je ne le prépare plus les épinards magiques ou les boulettes d’aubergines qui détestaient mais qu’ils dévoraient sachant qu’étaient des boulettes de viandes…
….
L’ange ému regarde la vieille dame et dit :
Tu n’ai pas fini ta lettre pourquoi ?

Encore avec un demi-sourire malicieux la dame répondit- "C’est que je ne sais pas comme formuler certains pensées qui me trottent pat la tête.

Toujours plus curieux ange lui demanda:
"Quelles sont les pensées ? tu peux m’en parler ? "

Je voudrai savoir ce que mon fils voit quand il regarde mes rides, et ma chevelure dégarnie blanche

  Si il pense que je suis sénile quand je lui parle des choses douloureux du passée ? Est il dégouté quand je mange en me salissant ? et qui dit il de mon regard perdu dans des vieux souvenirs ?

Le petit ange se blottit forte à elle et lui dit:
Ouvre bien tes sens et tu sentirai le parfum de leur amour même s’ils ne sont pas là assez souvent…

Mais la vielle dame continua avec tristesse

-Mes pensées c’est aussi quand je sens que mon corps commence à me quitter car …
mon corps est vieux, mon cœur ne batte plus son rythme naturel, mes forces m’abandonnent, mais mon esprit est encore jeune, mon cœur sais aimer encor plus fort, et j’ai toujours la foi en Dieu et je sais qu’Il me donne la force de luter pour surmonter la douleur .

L’ange s'assoit sur ses genoux et lui dit :
Tout ça Dieu le sais, pour lui tu est précieuse, et m’a consenti de rester prés de toi jusque à la fin.

Oui ! j’ai bien compris que rien est éternel

Maintenant j’ai peur de finir mes jours abandonnée dans un hospice, sans visites sans affections, ne plus sentir le soleil caresser mon visage, ne plus voir les petits enfants, écouter leur voix qui berçaient mes oreilles …

Non Ma douce maman tu ne seras jamais seule je resterai avec toi jusqu’à la fin de ta vie, et c’est moi qui t’amènerai devant notre Père Éternel.
 
Lina Randazzo
16 juillet 2019
 Copyright © 2012. All Rights Reserved.
 

16/09/2021

Prétention…Arrogance…Paine…

 

Prétention…Arrogance…Paine…


Derrière des larmes cachées tant de fois
en les avalent en silence, je me disais
« Je n’ai pas besoin d’eux »
Ma colère m’empêchait de vivre sereinement
en voyais dans ce lieu sans âme
d’autres enfants délassés comme moi
jouer allégrement, insouciantes de l’abandon

Dans toute ma jeunesse vécu loin de vous
sans cesse je me répétais avec arrogance :
« C’est eux qui auront besoin de moi
Je vivrai heureuse même sans eux »
Cette pensée absurde martelait dans mon esprit
ravageant mon existence et m’empêchait
de vivre pleinement mes moments d’enfant

Subitement une excès incontrôlé de rage
déchirant tous mes viscères
me poussait
à agir comme une zombie exilé  errant
par ces froids couloirs qui ne finissaient jamais.
Tout espoir de vivre heureux ensemble
s’évanouissait dans cette torpeur sans fin

En me faisant violence, m’effacent de moi-même,
doucement j’apprenais à vivre loin de vous
J’apprenais à survivre dans une discipline militaire,
et les interdictions d'un système cruel inventé par elles
pour mieux courbés le dos des plus dures d’entre nous.
Tous ça ont gravé
à tout jamais dans ma chair à fer chaud :
la soif de vous, dans une empathie Freudienne, et la peur de tout.

Celle que je suis aujourd’hui
je le dois à vous et à ce lieu néfaste
où l’affectionne, les câlins, les soins, les jeux 
étaient bannît dans notre misérable vie d’enfants
Aujourd’hui encore, je suis toujours
à la recherche de mon enfance.

Le souvenir inaltérable de cet mangue d’amour,
de cette structure destructrice d’âme innocente.
de cette douleur que je ressentais au plus profonde de moi
quand injustement un enfant était sévèrement puni
font grandir ma peine et  ma rage à chaque jour de ma vie.
Aujourd'hui vous n'êtes plus de ce monde, dans mon âge
bien avancé avec regret et émois et sans honte je peux bien dire...


Je n’étais pas sincère quand je me disais :
« Je n’ai pas besoin d’eux »
« C’est eux qui auront besoin de moi
Je vivrai heureuse même sans eux »

À bientôt Mamma et Papa.

Lina Randazzo
o5 /08/2020
Copyright © 2012

...♥