23/12/2013

○ Noël est à notre porte ♥ Natale è alle notre porte (Lina R.)

"image sur le web"

   JOYEUX NOËL

je vous souhaite des très heureuses fêtes de Noël, que la joie et la paix vous accompagnent dans ces jours magiques et de paix    
 Le Noël est la fête dans lequel on célèbre la naissance de Jésus Christ, et il prend le propre nom du latin "natal Christi." la nativité de Jésus Christ, n'est pas qu'on se rappelle de lui le jour de sa naissance. La vraie signification de JÉSUS est renfermée dans la Pâques de la résurrection, avec la mort Il a ouvert aux hommes la route du salut éternel. ~ Lina
--- BON NOËL TOUS
   
     
 

      
♫ * ♪ ♪ * ♫ * ♪ ♪ ** ♪ ♪ *
BUON NATALE ♫
vi auguro felicissime feste natalizie, che la gioia e la pace vi accompagna in questi giorni magici e di pace  

Il Natale è la festa in cui si celebra la nascita di Gesù Cristo, e prende il nome proprio dal latino "natale Christi". La nascita di Gesù Cristo non è di ricordarlo nel giorno della sua nascita. Il vero significato di GESÙ è racchiuso nella Pasqua di resurrezione, con la morte Lui ha aperto agli uomini la strada della salvezza eterna ~ Lina

--BUON NATALE A TUTTI ♥


22/12/2013

○ LETTRE A JÉSUS ~~♥~~ LETTERA HA GESÙ

"image sur le web"


 Cher Jésus,

donne la santé à Maman et Papa
un peu d'argent aux petits pauvres ,
apporte la paix à toute la terre,
une maisonnette à ceux qui ne l'ont pas
et aux mauvais un peu de bonté.
Et si pour moi, il ne reste rien
Ce sera quand-même une belle fête.

(c'est un enfant qui a écrit ça de ( M LODI )

 "sur le net"




Caro Gesù,

dà la salute a Mamma e Papà
un pò di soldi ai poverelli,
porta la pace a tutta la terra,
una casetta a chi non ce l'ha
e ai cattivi un pò di bontà.
E se per me niente ci resta
sarà lo stesso una bella festa.

(è un bimbo che ha scritto questo de ( M.LODI )

21/12/2013

○ La légende du sapin de Noel


La légende du sapin de Noël       "image crée par moi mon jardin"


Autrefois, tous les arbres de la forêt conservaient leurs feuilles à l'approche de l'hiver. Aujourd'hui, seul
le sapin reste vert à la mauvaise saison.

Aux alentours de Noël, un petit oiseau ne put s'envoler vers les pays chauds, car son aile était brisée. Comment allait-il résister à la rigueur de l'hiver ?

Tremblant de froid, il s'abrita dans le feuillage d'un gros chêne. Le chêne refusa de l'accueillir :
"Va-t-en, tu vas manger tous mes glands" dit-il.

Malgré la neige, il quitta le gros arbre pour se réfugier dans les branches du hêtre touffu.
"Ne reste pas là, tu vas picorer mes faines" dit-il.

Le petit oiseau terrifié s'échappa  pour se cacher dans un bouleau qui le chassa sans tarder : "Je ne
veux pas de toi, tu vas salir mes branches".

Repoussé par tous les arbres, le petit oiseau se coucha dans la neige pour mourir. Il vit soudain à quelques
pas de là un sapin qui lui fit signe. Les ailes engourdies par le froid, il se traîna vers le sapin.
"Ici, tu ne crains rien, je te protégerai" lui dit-il.

La veille de Noël, un vent terrible souffla sur la forêt. Tous les arbres perdirent leurs feuilles sous la force du vent. Seul le sapin conserva son feuillage, car il avait accueilli le petit oiseau malade.

Voilà pourquoi le sapin est aujourd'hui l'arbre de Noël, généreux et protecteur, autour duquel
nous nous réunissons.

(D'après H.J. Troxler)

  

           La leggenda dell'abete di Natale

Una volta, tutti gli alberi della foresta conservavano le loro foglie all'approccio dell'inverno. Oggi, solo l'abete resta verde alla cattiva stagione.

Ai dintorni di Natale, un piccolo uccello non poté volare via verso i paesi caldi, perché la sua ala era rotta. Come va a resistere al rigore dell'inverno?

Tremando di freddo, si ripara nel fogliame da una grossa quercia. La quercia nega di accoglierlo :
"Va via tu vai a mangiare tutte le mie ghiande"  disse egli.

Malgrado la neve, l'uccellino lascia il grosso albero per rifugiarsi nei rami del faggio folto. "Non restare là, tu vai a piluccare le mie faggine" disse egli.

Il piccolo uccello terrificato scappa per nascondersi in una betulla che lo caccia senza tardare: "Non voglio di te, tu vai a sporcare i miei rami."

Respinto da tutti gli alberi, il piccolo uccello si corica nella neve per morire. Vede improvviso ad alcuni passi di là un abete che gli fa segno. Gli ali intorpiditi dal freddo, si trascina verso l'abete.
"Qui, non temi niente, ti proteggerò" gli dice egli.
La Vigilia di Natale, un vento terribile soffiò sulla foresta.
Tutti gli alberi persero i loro fogli sotto la forza del vento. Solo l'abete conservò il suo fogliame, perché aveva accolto il piccolo uccellino malato.

Ecco perché l'abete è oggi l'albero di Natale, generoso e protettivo intorno del quale ci riuniamo.

(Secondo H.J. Troxler)

..*

20/12/2013

LACRIME NAPULITANE "Mario Merola"

(Avant-tout) je voudrais remercier sincèrement GOOGLE YOU-TUBE les  Auteurs d'Images qui donnent la possibilité à nous Blogueurs "Internautes, les mordus de Facebook de nous prêter leurs images, clips, et documentations pour rendre plus agréable aux yeux et oreilles les sujets qu'ils accompagnent, "mes poésies sont encore plus accentuées et ils font ressortir le sens que je voudrais leur donner

(MERCI à YOU-TUBE) "de donner à nous émigrés l’émotion de réécouter des vieilles chansons qui berçaient notre loin, loin passé d'enfants ")~◙~ Grazie a YOU-tubo "di dare a noi emigrati l'emotione di riascoltare delle vecchie canzoni che cullavano il nostro lontano lontano  passato di bambini ")

 MERCI..MERCI de tout  à VOUS TOUS  Lina ♥ 
 
Lacreme Napulitane «clip con traduction en Français»
Je voudrais porter le beau soleil de l'Italie et son riche patrimoine ici en France…. J’espère que la traduction soit bonne "je ne suis pas  de Naples" et je ne le comprends pas bien,, Pardon aux Napulitane si la traduction n'est pas fidèle
Cette chanson je l’ai écouté quand j’étais petite et j’étais encore en Italie, je ne sais pas pourquoi à chaque fois je pleurai .. maintenait je le sais car il y a 40 ans que j’ai quitté la belle Italie et quand j’écoute cette chanson je ne pleure plus, mais j’ouvre tous les robinets  de mon âme ..Lina ♥
◙....................◙║•╗ ╣║▒░.╗ ░▒ ╗ ░▒║╣•╗║◙....................◙


 Vorrei portare il bel sole dell'Italia ed il suo ricco patrimonio qui in Francia Spero che la traduzione sia buona "non sono di Napoli" e non lo comprendo bene, Perdono ai Napoletani se la traduzione non è fedele

Questa canzone l'ho ascoltato quando ero piccola ed ero ancora in Italia, non so perché ad ogni volta piansi.. manteneva lo so corriera ci sono 40 anni che ho lasciato la bella Italia e quando ascolto questa canzone non piango più, ma apro tutti i rubinetti della mia anima..Lina
 
Lacreme Napulitane  de « Mario Merola »   « clip con traduction en Français »

Voici la traduction en français
Ma chérie mère
Bientôt c’est Noël
Et à rester loin plus
me donne le goût amer
Ah comme je voudrai m’enlacer
dans tes bras !
Ah comme je voudrais écouter
le joueur de cornemuse
À mes petits faites leur la crèche
et à table mettes-y l’assiette pour moi
faites comme la veille « de Noël »
comme se entre vous
je suis moi aussi
Il nous coûtes des larmes cette Amérique
à nous napolitains
pour nous qui pleurons le ciel de Naples
comme il est amer ce pain
que ce que c’est l’argent
pour celui qui se pleure la patrie
il n'est rien
maintenant j’ai quelques dollars et il me semble
que je n'ai jamais été très pauvre
je rêve toutes le nuits ma maison
et j'entends les voix de mes enfants
mais à vous je vous rêve comme à une Maria
avec une épée dans la poitrine
devant le fils en croix
et il nous coûte des larmes cette Amérique
à nous napolitains
pour nous que nous pleurons le ciel de Naples
comme est amer ce pain
Vous m'avez écrit que Assunta appelle celle
qui l'a laissée
elle reste encore loin
que dois-je vous dire
si les enfants veulent la maman
faites-la revenir à cette dame
je ne reviens pas je reste dehors
je reste à travail pour vous tous
moi que j'ai perdu la maison, la patrie et l'honneur
je suis viande d'abattoir, un émigrant
et il nous coûte larmes cette Amérique
à nous napolitains
pour nous que nous pleurons le ciel de Naples
comme c’est amer ce pain


18/12/2013

○ LA LÉGENDE DU PETIT SAPIN TORDU ♥ • LA LEGGENDA DEL PICCOLO ABETE STORTO

                        "image crée par moi"
• LA LÉGENDE DU PETIT SAPIN  TORDU

Loin de la ville grandissait dans un bois un petit sapin.

À plusieurs reprises vers décembre  il  avait vu, les bûcherons qui étaient à la recherche d'arbres à vendre en ville pour le Noël, et il avait tant envié ses frères qui se remplissaient de gloire. Maintenant il avait poussé et il pouvait y arriver lui aussi.

Le bois était presque dépouillé, et le petit sapin était certain que les hommes l'auraient emmené lui aussi.

Un autre sapin plus grand se moquaient de lui :

- Mais qui te choisira, petit et tordu comme tu es?

Ils me prendront sûrement, je ferai une grande belle figure dans le salon d'une belle maison et je serai entouré de lumières.

Le petit sapin devenait muet, il savait que l'autre avait raison et il arriva ainsi.

C'était la nuit de Noël:  sous le froid de la neige il pleurait sur sa triste destinée.

Mais la nuit de Noël est magique et lui aussi resta surpris:

Les larmes versées se transformèrent en glace luisante, la neige et le givre donnèrent vie à des très belles dentelles et un groupe de lucioles courageux, ne se souciant pas du gel,  se posèrent sur ses branches.

Une petite étoile descendue du ciel se posa sur la cime:

Le petit sapin devint le plus beau sapin de Noël qu'on avait jamais vu.

Tous, dès qu'ils le virent, coururent  regarder le splendide spectacle et les amis moineaux s'arrêtèrent entre les branches pour entonner un chant.

Ainsi le sapin vit changer sa destinée.

Puis passé le Noël, les autres arbres allèrent entre les ordures du service de voirie pendant qu'il grandissait plus luxuriant que jamais.

« Anonyme sur le net »

~•~~*~~•~~*~~•~~*~~•~~*~~♥~~*~~•~~*~~•~~*~~•~~*~~•~

 • LA LEGGENDA DEL PICCOLO ABETE STORTO

Lontano dalla città cresceva in un bosco un piccolo abete .

Il piccolo abete verso dicembre vedeva tante volte,  i boscaiolo  alla ricerca d'alberi da vendere in città per il Natale, ed aveva  tanta invidiato i suoi fratelli che si riempivano di gloria. Adesso ch'era cresciuto poteva capitare anche a lui.

Il bosco era ormai quasi spoglio, ed il piccolo abete era certo che gli uomini avrebbero portato via anche lui.

Un altro abete più grande lo prendeva in giro:

- Ma che vuoi che ti sceglierà,  piccolo e storto come sei?

Sicuramente prenderanno me, farò un figurone nel salone di una bella casa e sarò circondato di  luce.

Il piccolo abete s'attristava, sapeva che l'altro aveva ragione e così accadde.

Era la notte di Natale: sotto il freddo della neve piangeva sul suo triste destino.

Ma la notte di Natale è magica ed anche lui rimase sorpreso:

Le lacrime versate si trasformarono in ghiaccio lucente, la neve e la brina diedero vita a bellissimi merletti, ed un gruppo di lucciole coraggiose, non curandosi del gelo, si posarono sui suoi rami.

Una piccola stella scese dal cielo, e si posò sulla sua cima:

Il piccolo abete divenne il più bell’albero di Natale che si fosse mai visto.

Appena fu visto tutti,  corsero a guardare quello splendido spettacolo, gli amici passerotti si fermarono tra i rami per intonare un canto.

L' abete vide, così, cambiare il suo destino.

Passato il Natale, gli altri alberi andarono tra i rifiuti della nettezza urbana mentre lui cresceva più rigoglioso che mai.

"Anonimo sul net"

10/12/2013

Encore une lettre pour toi "À la recherche de mon enfance" ✔



ENCORE UNE LETTRE POUR TOI…

Je tiens à t’écrire cette lettre avec certains mots durs, lourds et d’une manière efficace, car m’aident à surmonter des obstacles qui se dressent devant moi, tous ces obstacles crées dans ce lointain pays du commencement encore aujourd’hui inconnu pour moi, pour me laisser retrouver enfin le sommeil dans les nuits agitées. 
ô ! Je sais bien ce que tu penseras en me lissant, rassure-toi, je ne suis pas cette collégienne* ou encore  une des ces gamines éphémères qui voudront exprimer leurs secrets durant les cours ou les prières collectives sous surveillance, je suis…
Mais qui je suis en fait ? Me connais-tu vraiment, qui je suis?
Sache que aujourd’hui je suis une femme, oui une femme, qui a vécu sa vie si pitoyable, qu’elle a fini par vivre seule, oui toute seule même s’il y avait du monde tout au tour d’elle, sans les personnes qu’elle aime le plus au monde, de ces petits sourires innocents d’autrefois, qui savaient rires pour un petit regard affectueux, pour un petit «bravo tu as réussi à faire tes lacets, tu as su écrire ton nom…» 
Et quand ma pensée m’envoie des images de ces petits visages souriants, une étrange félicité envahie toute mon âme, le doux sourire de ces personnes que j’aime ce sont des petits commencements de joies, c’est comme quand le soleil commence à se lever, timidement il envoie un petit message lumineux  en éclaireur pour contrôler s’il sera le bienvenu, et c’est comme ça aussi ma confiance, d’abord on décèle une lueur dans le regard, ensuite  c’est autour des sentiments de m’émouvoir, puis les gestes bien enchaînés  comme un croissant de lune qu’on aime bien serrer fort et puis soudan  tout explose, les sourires apparaissent, les regards sont plus lumineux  leurs yeux brillent comme deux étoiles au milieux de cet univers, et je finis par me trouver au bord de l’évanouissement à la vue de ce bonheur qu'ils m’envoient.
Mais !!!… Quand ils sont malades ou malheureux,  ils  emportent  le soleil avec eux  et alors j’ai
froid, si froid que la torpeur m’emporte loin… Loin vers toi, oui toi!
Tout ça  ce n’était sûrement pas à toi à me l’apprendre, car en toi je n’ai jamais décelé l'ombre d'un sourire ni un petit bravo, non plus l’image d’une douce infirmière,  encore moins d’un médecin à soigner mes blessures...
 Et quand  je me réveille  je me retrouve enveloppée d’un grand chagrin dans cette grande et froide surface avec tes souvenirs stériles, et je cherche le soleil pour me réchauffer, ce soleil que tu m’avais toujours caché derrière des gros nuages noirs, et c’est si dur et difficile,  que pour garnir ce vide de toi  je charge tous les petits coins de cette grande surface comme à vouloir remplir le grand vide à l'intérieur de moi,  et de tous mes souvenirs d’enfance  qui surgissent peu à peu. Tous ces vieux objets sans valeur apparaissent  aux yeux des des ignares comme encombrant et inutiles, ils  ne comprennent pas ce besoin de garnir le vide, et je tourne au rond dans cet espace pourtant trop vide pour moi, je tourne…je tourne et retourne…à aller sans savoir où aller, je bouge comme une zombie, je ne pense à rien d’autre que le vide qui résonne dans cette surface dépeuplée, mais,  surchargée pour qui ne comprend pas.

Tous ces sentiments tu ne peux pas les connaître car tu étais loin de nous,  et aussi  malheureuse que nous, tu as écrit l’histoire de ma vie, l’histoire de cette femme à la recherche de son enfance. 
Oui ! Je t écris cette lettre ou plutôt à « vous deux"  avec rage et douleur de toute manière vous n’avez jamais compris mon désire de votre amour….
Je suis désolée de n’avoir pu  revenir vers vous, vous questionner sur  mes racines nourricières, revoir en vous le même rayon de soleil pour que vous puissiez vous épanouir  maintenant là où vous dormez, et me réchauffer là où je suis seule dans mes souvenirs douloureux
Oh ! je sais très bien  que c’est difficile de comprendre qu’à un certain âge on cherche encore et encore cet amour d’enfant  qui nous a était nié… comme je sais bien qu’aussi cette lettre finira parmi tante-autres dans l’oubli, ou comme toutes ces feuilles mortes piétinées et puis  balayées par le vent... 

Lina  Randazzo   
18 janvier 1994 (moment de solitude)

Copyright ©
...♥