23/12/2013

○ Noël est à notre porte ♥ Natale è alle notre porte (Lina R.)

"image sur le web"

   JOYEUX NOËL

je vous souhaite des très heureuses fêtes de Noël, que la joie et la paix vous accompagnent dans ces jours magiques et de paix    
 Le Noël est la fête dans lequel on célèbre la naissance de Jésus Christ, et il prend le propre nom du latin "natal Christi." la nativité de Jésus Christ, n'est pas qu'on se rappelle de lui le jour de sa naissance. La vraie signification de JÉSUS est renfermée dans la Pâques de la résurrection, avec la mort Il a ouvert aux hommes la route du salut éternel. ~ Lina
--- BON NOËL TOUS
   
     
 

      
♫ * ♪ ♪ * ♫ * ♪ ♪ ** ♪ ♪ *
BUON NATALE ♫
vi auguro felicissime feste natalizie, che la gioia e la pace vi accompagna in questi giorni magici e di pace  

Il Natale è la festa in cui si celebra la nascita di Gesù Cristo, e prende il nome proprio dal latino "natale Christi". La nascita di Gesù Cristo non è di ricordarlo nel giorno della sua nascita. Il vero significato di GESÙ è racchiuso nella Pasqua di resurrezione, con la morte Lui ha aperto agli uomini la strada della salvezza eterna ~ Lina

--BUON NATALE A TUTTI ♥


22/12/2013

○ LETTRE A JÉSUS ~~♥~~ LETTERA HA GESÙ

"image sur le web"


 Cher Jésus,

donne la santé à Maman et Papa
un peu d'argent aux petits pauvres ,
apporte la paix à toute la terre,
une maisonnette à ceux qui ne l'ont pas
et aux mauvais un peu de bonté.
Et si pour moi, il ne reste rien
Ce sera quand-même une belle fête.

(c'est un enfant qui a écrit ça de ( M LODI )

 "sur le net"




Caro Gesù,

dà la salute a Mamma e Papà
un pò di soldi ai poverelli,
porta la pace a tutta la terra,
una casetta a chi non ce l'ha
e ai cattivi un pò di bontà.
E se per me niente ci resta
sarà lo stesso una bella festa.

(è un bimbo che ha scritto questo de ( M.LODI )

21/12/2013

○ La légende du sapin de Noel


La légende du sapin de Noël       "image crée par moi mon jardin"


Autrefois, tous les arbres de la forêt conservaient leurs feuilles à l'approche de l'hiver. Aujourd'hui, seul
le sapin reste vert à la mauvaise saison.

Aux alentours de Noël, un petit oiseau ne put s'envoler vers les pays chauds, car son aile était brisée. Comment allait-il résister à la rigueur de l'hiver ?

Tremblant de froid, il s'abrita dans le feuillage d'un gros chêne. Le chêne refusa de l'accueillir :
"Va-t-en, tu vas manger tous mes glands" dit-il.

Malgré la neige, il quitta le gros arbre pour se réfugier dans les branches du hêtre touffu.
"Ne reste pas là, tu vas picorer mes faines" dit-il.

Le petit oiseau terrifié s'échappa  pour se cacher dans un bouleau qui le chassa sans tarder : "Je ne
veux pas de toi, tu vas salir mes branches".

Repoussé par tous les arbres, le petit oiseau se coucha dans la neige pour mourir. Il vit soudain à quelques
pas de là un sapin qui lui fit signe. Les ailes engourdies par le froid, il se traîna vers le sapin.
"Ici, tu ne crains rien, je te protégerai" lui dit-il.

La veille de Noël, un vent terrible souffla sur la forêt. Tous les arbres perdirent leurs feuilles sous la force du vent. Seul le sapin conserva son feuillage, car il avait accueilli le petit oiseau malade.

Voilà pourquoi le sapin est aujourd'hui l'arbre de Noël, généreux et protecteur, autour duquel
nous nous réunissons.

(D'après H.J. Troxler)

  

           La leggenda dell'abete di Natale

Una volta, tutti gli alberi della foresta conservavano le loro foglie all'approccio dell'inverno. Oggi, solo l'abete resta verde alla cattiva stagione.

Ai dintorni di Natale, un piccolo uccello non poté volare via verso i paesi caldi, perché la sua ala era rotta. Come va a resistere al rigore dell'inverno?

Tremando di freddo, si ripara nel fogliame da una grossa quercia. La quercia nega di accoglierlo :
"Va via tu vai a mangiare tutte le mie ghiande"  disse egli.

Malgrado la neve, l'uccellino lascia il grosso albero per rifugiarsi nei rami del faggio folto. "Non restare là, tu vai a piluccare le mie faggine" disse egli.

Il piccolo uccello terrificato scappa per nascondersi in una betulla che lo caccia senza tardare: "Non voglio di te, tu vai a sporcare i miei rami."

Respinto da tutti gli alberi, il piccolo uccello si corica nella neve per morire. Vede improvviso ad alcuni passi di là un abete che gli fa segno. Gli ali intorpiditi dal freddo, si trascina verso l'abete.
"Qui, non temi niente, ti proteggerò" gli dice egli.
La Vigilia di Natale, un vento terribile soffiò sulla foresta.
Tutti gli alberi persero i loro fogli sotto la forza del vento. Solo l'abete conservò il suo fogliame, perché aveva accolto il piccolo uccellino malato.

Ecco perché l'abete è oggi l'albero di Natale, generoso e protettivo intorno del quale ci riuniamo.

(Secondo H.J. Troxler)

..*

20/12/2013

LACRIME NAPULITANE "Mario Merola"

(Avant-tout) je voudrais remercier sincèrement GOOGLE YOU-TUBE les  Auteurs d'Images qui donnent la possibilité à nous Blogueurs "Internautes, les mordus de Facebook de nous prêter leurs images, clips, et documentations pour rendre plus agréable aux yeux et oreilles les sujets qu'ils accompagnent, "mes poésies sont encore plus accentuées et ils font ressortir le sens que je voudrais leur donner

(MERCI à YOU-TUBE) "de donner à nous émigrés l’émotion de réécouter des vieilles chansons qui berçaient notre loin, loin passé d'enfants ")~◙~ Grazie a YOU-tubo "di dare a noi emigrati l'emotione di riascoltare delle vecchie canzoni che cullavano il nostro lontano lontano  passato di bambini ")

 MERCI..MERCI de tout  à VOUS TOUS  Lina ♥ 
 
Lacreme Napulitane «clip con traduction en Français»
Je voudrais porter le beau soleil de l'Italie et son riche patrimoine ici en France…. J’espère que la traduction soit bonne "je ne suis pas  de Naples" et je ne le comprends pas bien,, Pardon aux Napulitane si la traduction n'est pas fidèle
Cette chanson je l’ai écouté quand j’étais petite et j’étais encore en Italie, je ne sais pas pourquoi à chaque fois je pleurai .. maintenait je le sais car il y a 40 ans que j’ai quitté la belle Italie et quand j’écoute cette chanson je ne pleure plus, mais j’ouvre tous les robinets  de mon âme ..Lina ♥
◙....................◙║•╗ ╣║▒░.╗ ░▒ ╗ ░▒║╣•╗║◙....................◙


 Vorrei portare il bel sole dell'Italia ed il suo ricco patrimonio qui in Francia Spero che la traduzione sia buona "non sono di Napoli" e non lo comprendo bene, Perdono ai Napoletani se la traduzione non è fedele

Questa canzone l'ho ascoltato quando ero piccola ed ero ancora in Italia, non so perché ad ogni volta piansi.. manteneva lo so corriera ci sono 40 anni che ho lasciato la bella Italia e quando ascolto questa canzone non piango più, ma apro tutti i rubinetti della mia anima..Lina
 
Lacreme Napulitane  de « Mario Merola »   « clip con traduction en Français »

Voici la traduction en français
Ma chérie mère
Bientôt c’est Noël
Et à rester loin plus
me donne le goût amer
Ah comme je voudrai m’enlacer
dans tes bras !
Ah comme je voudrais écouter
le joueur de cornemuse
À mes petits faites leur la crèche
et à table mettes-y l’assiette pour moi
faites comme la veille « de Noël »
comme se entre vous
je suis moi aussi
Il nous coûtes des larmes cette Amérique
à nous napolitains
pour nous qui pleurons le ciel de Naples
comme il est amer ce pain
que ce que c’est l’argent
pour celui qui se pleure la patrie
il n'est rien
maintenant j’ai quelques dollars et il me semble
que je n'ai jamais été très pauvre
je rêve toutes le nuits ma maison
et j'entends les voix de mes enfants
mais à vous je vous rêve comme à une Maria
avec une épée dans la poitrine
devant le fils en croix
et il nous coûte des larmes cette Amérique
à nous napolitains
pour nous que nous pleurons le ciel de Naples
comme est amer ce pain
Vous m'avez écrit que Assunta appelle celle
qui l'a laissée
elle reste encore loin
que dois-je vous dire
si les enfants veulent la maman
faites-la revenir à cette dame
je ne reviens pas je reste dehors
je reste à travail pour vous tous
moi que j'ai perdu la maison, la patrie et l'honneur
je suis viande d'abattoir, un émigrant
et il nous coûte larmes cette Amérique
à nous napolitains
pour nous que nous pleurons le ciel de Naples
comme c’est amer ce pain


18/12/2013

○ LA LÉGENDE DU PETIT SAPIN TORDU ♥ • LA LEGGENDA DEL PICCOLO ABETE STORTO

                        "image crée par moi"
• LA LÉGENDE DU PETIT SAPIN  TORDU

Loin de la ville grandissait dans un bois un petit sapin.

À plusieurs reprises vers décembre  il  avait vu, les bûcherons qui étaient à la recherche d'arbres à vendre en ville pour le Noël, et il avait tant envié ses frères qui se remplissaient de gloire. Maintenant il avait poussé et il pouvait y arriver lui aussi.

Le bois était presque dépouillé, et le petit sapin était certain que les hommes l'auraient emmené lui aussi.

Un autre sapin plus grand se moquaient de lui :

- Mais qui te choisira, petit et tordu comme tu es?

Ils me prendront sûrement, je ferai une grande belle figure dans le salon d'une belle maison et je serai entouré de lumières.

Le petit sapin devenait muet, il savait que l'autre avait raison et il arriva ainsi.

C'était la nuit de Noël:  sous le froid de la neige il pleurait sur sa triste destinée.

Mais la nuit de Noël est magique et lui aussi resta surpris:

Les larmes versées se transformèrent en glace luisante, la neige et le givre donnèrent vie à des très belles dentelles et un groupe de lucioles courageux, ne se souciant pas du gel,  se posèrent sur ses branches.

Une petite étoile descendue du ciel se posa sur la cime:

Le petit sapin devint le plus beau sapin de Noël qu'on avait jamais vu.

Tous, dès qu'ils le virent, coururent  regarder le splendide spectacle et les amis moineaux s'arrêtèrent entre les branches pour entonner un chant.

Ainsi le sapin vit changer sa destinée.

Puis passé le Noël, les autres arbres allèrent entre les ordures du service de voirie pendant qu'il grandissait plus luxuriant que jamais.

« Anonyme sur le net »

~•~~*~~•~~*~~•~~*~~•~~*~~♥~~*~~•~~*~~•~~*~~•~~*~~•~

 • LA LEGGENDA DEL PICCOLO ABETE STORTO

Lontano dalla città cresceva in un bosco un piccolo abete .

Il piccolo abete verso dicembre vedeva tante volte,  i boscaiolo  alla ricerca d'alberi da vendere in città per il Natale, ed aveva  tanta invidiato i suoi fratelli che si riempivano di gloria. Adesso ch'era cresciuto poteva capitare anche a lui.

Il bosco era ormai quasi spoglio, ed il piccolo abete era certo che gli uomini avrebbero portato via anche lui.

Un altro abete più grande lo prendeva in giro:

- Ma che vuoi che ti sceglierà,  piccolo e storto come sei?

Sicuramente prenderanno me, farò un figurone nel salone di una bella casa e sarò circondato di  luce.

Il piccolo abete s'attristava, sapeva che l'altro aveva ragione e così accadde.

Era la notte di Natale: sotto il freddo della neve piangeva sul suo triste destino.

Ma la notte di Natale è magica ed anche lui rimase sorpreso:

Le lacrime versate si trasformarono in ghiaccio lucente, la neve e la brina diedero vita a bellissimi merletti, ed un gruppo di lucciole coraggiose, non curandosi del gelo, si posarono sui suoi rami.

Una piccola stella scese dal cielo, e si posò sulla sua cima:

Il piccolo abete divenne il più bell’albero di Natale che si fosse mai visto.

Appena fu visto tutti,  corsero a guardare quello splendido spettacolo, gli amici passerotti si fermarono tra i rami per intonare un canto.

L' abete vide, così, cambiare il suo destino.

Passato il Natale, gli altri alberi andarono tra i rifiuti della nettezza urbana mentre lui cresceva più rigoglioso che mai.

"Anonimo sul net"

10/12/2013

Encore une lettre pour toi "À la recherche de mon enfance" ✔



ENCORE UNE LETTRE POUR TOI…

Je tiens à t’écrire cette lettre avec certains mots durs, lourds et d’une manière efficace, car m’aident à surmonter des obstacles qui se dressent devant moi, tous ces obstacles crées dans ce lointain pays du commencement encore aujourd’hui inconnu pour moi, pour me laisser retrouver enfin le sommeil dans les nuits agitées. 
ô ! Je sais bien ce que tu penseras en me lissant, rassure-toi, je ne suis pas cette collégienne* ou encore  une des ces gamines éphémères qui voudront exprimer leurs secrets durant les cours ou les prières collectives sous surveillance, je suis…
Mais qui je suis en fait ? Me connais-tu vraiment, qui je suis?
Sache que aujourd’hui je suis une femme, oui une femme, qui a vécu sa vie si pitoyable, qu’elle a fini par vivre seule, oui toute seule même s’il y avait du monde tout au tour d’elle, sans les personnes qu’elle aime le plus au monde, de ces petits sourires innocents d’autrefois, qui savaient rires pour un petit regard affectueux, pour un petit «bravo tu as réussi à faire tes lacets, tu as su écrire ton nom…» 
Et quand ma pensée m’envoie des images de ces petits visages souriants, une étrange félicité envahie toute mon âme, le doux sourire de ces personnes que j’aime ce sont des petits commencements de joies, c’est comme quand le soleil commence à se lever, timidement il envoie un petit message lumineux  en éclaireur pour contrôler s’il sera le bienvenu, et c’est comme ça aussi ma confiance, d’abord on décèle une lueur dans le regard, ensuite  c’est autour des sentiments de m’émouvoir, puis les gestes bien enchaînés  comme un croissant de lune qu’on aime bien serrer fort et puis soudan  tout explose, les sourires apparaissent, les regards sont plus lumineux  leurs yeux brillent comme deux étoiles au milieux de cet univers, et je finis par me trouver au bord de l’évanouissement à la vue de ce bonheur qu'ils m’envoient.
Mais !!!… Quand ils sont malades ou malheureux,  ils  emportent  le soleil avec eux  et alors j’ai
froid, si froid que la torpeur m’emporte loin… Loin vers toi, oui toi!
Tout ça  ce n’était sûrement pas à toi à me l’apprendre, car en toi je n’ai jamais décelé l'ombre d'un sourire ni un petit bravo, non plus l’image d’une douce infirmière,  encore moins d’un médecin à soigner mes blessures...
 Et quand  je me réveille  je me retrouve enveloppée d’un grand chagrin dans cette grande et froide surface avec tes souvenirs stériles, et je cherche le soleil pour me réchauffer, ce soleil que tu m’avais toujours caché derrière des gros nuages noirs, et c’est si dur et difficile,  que pour garnir ce vide de toi  je charge tous les petits coins de cette grande surface comme à vouloir remplir le grand vide à l'intérieur de moi,  et de tous mes souvenirs d’enfance  qui surgissent peu à peu. Tous ces vieux objets sans valeur apparaissent  aux yeux des des ignares comme encombrant et inutiles, ils  ne comprennent pas ce besoin de garnir le vide, et je tourne au rond dans cet espace pourtant trop vide pour moi, je tourne…je tourne et retourne…à aller sans savoir où aller, je bouge comme une zombie, je ne pense à rien d’autre que le vide qui résonne dans cette surface dépeuplée, mais,  surchargée pour qui ne comprend pas.

Tous ces sentiments tu ne peux pas les connaître car tu étais loin de nous,  et aussi  malheureuse que nous, tu as écrit l’histoire de ma vie, l’histoire de cette femme à la recherche de son enfance. 
Oui ! Je t écris cette lettre ou plutôt à « vous deux"  avec rage et douleur de toute manière vous n’avez jamais compris mon désire de votre amour….
Je suis désolée de n’avoir pu  revenir vers vous, vous questionner sur  mes racines nourricières, revoir en vous le même rayon de soleil pour que vous puissiez vous épanouir  maintenant là où vous dormez, et me réchauffer là où je suis seule dans mes souvenirs douloureux
Oh ! je sais très bien  que c’est difficile de comprendre qu’à un certain âge on cherche encore et encore cet amour d’enfant  qui nous a était nié… comme je sais bien qu’aussi cette lettre finira parmi tante-autres dans l’oubli, ou comme toutes ces feuilles mortes piétinées et puis  balayées par le vent... 

Lina  Randazzo   
18 janvier 1994 (moment de solitude)

Copyright ©
...♥ 

24/11/2013

~ MAMAN C'EST QUOI L'AMOUR ? ~

 ~ Maman c'est quoi l'amour?

J'aime cette histoire que nous donne une bonne leçons d'amour et nous pousses à réfléchir sur le racisme et je voudrais la partager avec vous que visitez "ma petite grotte" installez-vous confortablement et lisez... n'oubliez pas de préparez vos kleenex    Lina...

- Maman c'est quoi l'amour?
- C'est les sentiments qu'il y a entre papa et moi.

- Maman c'est quoi la vie?
- C'est le moment pendant lequel ton cœur bat.

- Maman c'est quoi l'éternité?
- C'est quelque chose qui ne se fini jamais.

- Maman tu m'aimeras pour l'éternité toi?

- Mais oui, bien sur mon chéri.

- Maman tu crois que je peux vivre à côté de toi pour l'éternité?
- Dans ton cœur tu le peux.

- Mais maman c'est quoi la mort?
- C'est là où mamie dort.

- Et de là bas elle nous aime encore?
- Oui pour toujours.

- Maman quand je serai mort je t'aimerais toujours. Toi aussi?
- Mon chéri, tu a longtemps a vivre avant de mourir alors ne pense pas a ça.

- Mais tu m'aimera?

- Oui, toujours

- Maman c'est quand que tu vas mourir?

- Dans pas longtemps.

- Mais pourquoi?

- Parce qu'un vilain monsieur il m'a fait quelque chose de pas bien.

- Qu'est ce qu'il t'a fait?

- Il m'a blessé avec un couteau.

- Pourquoi il a fait ça maman?

- Parce qu'on n'est pas comme lui.

- C'est quoi la différence maman?
- La couleur de la peau.

- Mais maman, je ne comprends pas, la couleur de cheveux n'est pas la même non plus.

- Je sais.

- Et on a tous un cœur, nous sommes pareille puisqu'on a tous un cœur...
- Je sais.

- Et c'est a cause de lui que tu es allongée ici?

- Oui mon ange.


- Mais c'est où ici?

- C'est l'hôpital.

- Maman j'ai peur...
- Non, il ne faut pas avoir peur.

- Mais maman je veux pas que tu parte...
- Un jour on se reverra.

- Dans longtemps?
- Je l'espère.

- Pourquoi?
- Car je veux que tu profite de la vie

- Maman je t'aime...
- ...

- Maman ?
- ...

- Maman ?
- ...

- Maman......... "

.....

(de anonyme sur le net )

  ...............•.............

"La haine trouble la vie;
l'amour la rend harmonieuse.
La haine obscurcit la viel'amour
la rend lumineuse "

"Martin Luther King"


        Amo questa storia che ci dà un buone lezioni di amore e ci spingo a riflettere sul razzismo e vorrei condividerla con voi che visitate la "mia piccola grotta"  installatevi comodamente e leggete... non dimenticate di prepararvi  i vostri kleenex.       Lina... 



Mamma, che cos’è l'amore?
Sono i sentimenti che c’è tra papà e me.

  Mamma, che cos’è la vita?
 È il momento durante che il tuo cuore batte

Mamma, che cos'è l'eternità?
 È qualche cosa che non si finito mai.

Mamma, mi amerai tu  per l'eternità?
 Ma sì, certalente caro mio.

Mamma, credi che io possa vivere accanto a te per l'eternità?
 Nel tuo cuore tu lo puoi.

Ma mamma,  che cos’è la morte?
È là dove nonnina dorme.

E di là  dov’è ci ama ancora?
Sì per sempre.

Mamma, quando sarò morto ti amerei sempre. Tu anche?
Caro mi, hai da vivere molto tempo prima di morire allora non pensare  a ciò.

Ma tu mi ami ?
Si, sempre.

Mamma,  è quando che tu   morirai ?
Da non  molto tempo.

 Ma perché?
Perché un cattivo signore mi ha fatto qualche cosa di non buono.

Che cosa ti ha fatto?
Mi ha ferito con un coltello.

Perché ha fatto ciò mamma?
Perché noi non siamo come .

È che cos’è  la differenza mamma?
 Il colore della pelle.

Ma mamma, non capisco, il colore di capelli non è neanche lo stesso.
Lo so.

E noi abbiamo tutti un cuore,  noi siamo uguali poiché abbiamo  tutti un cuore..

lo so.

E è a causa di lui che sei allungata qui?
   angelo mio.

Ma dov’è qui?
È l'ospedale.

Mamma ho paura...
No, non bisogna avere paura.

 Ma mamma non voglio che parti...
 Un giorno si ci rivedrà.

 In molto tempo?
Lo spero.

Perché?
Perché voglio che approfitti della vita.

Mamma ti amo
...

Mamma ?
….

Mamma ?
….

Mamma ........”
…....
(di anonimo sul Net)      ~~~~~
"L'odio turba la vita;
l'amore la rende armoniosa.
L'odio oscura la vita;
l'amore la rende luminosa "


"Martin Luther King"




06/11/2013

L’orpheline et le petit agneau... Conte de Lina R.


L’orpheline et le petit agneau

 Des contes et fables il  y en a beaucoup,  ceux de fées, d’ogres gentils  qui nous font rêver, et  d’autres encore de monstres, d’horreurs qui font peurs à nous offrir des nuits éveillées..
Mais ce petit conte de la petite fille et l’agneau est un petit bijoux.  C’est normal vous dite ! Car c’est un conte raconté par  moi-même.  

Il était une fois une orpheline qui vivait dans une maison loin des regards des voisins
Sa famille d’accueil l’appelait  petite  crapette, mais en réalité son nom est  Lisbeth, elle fut placé dans cette famille de ses 12 mois

  Un jour en se promenant dans une forêt pour chercher quelque chose à manger,  ouïr - Bêê!!!  Bêê !!!! le bêlement venait derrière un gros arbre

Lisbeth avec précaution  s’approchait ver le bêlement et vit un petit agneau égaré prisonnier dans un piège posé là par le gardian de la forêt pour protéger les petits animaux des méchants braconniers.  
 Il bêlait sans cesse Bêê!!!  Bêê !!!! 

Les journées en ce période hivernal étaient plus court  et plus gris, le ciel s’obscurcissait plus vite la petite fille devait trouver vite une solution pour cacher le petit agneau dans la grange.
La grange était sa petite caverne d’Alibaba,  elle y cachait tout sorte d’objets  qui trouvait ici et là dans la forêt pas lois ou elle habitait.  C’était aussi sa place quand la famille qui l’hébergeait la punissait
 
Que faire pour rester prêt du petit agneau ? Réfléchissait en caressant le petit agneau pendant qu'elle retournait à la maison avec son nouveau ami.

Lisbeth  avait déjà  8 ans, elle travaillait bien à l’école, malgré que avant d’étudier  devait aider dans les taches ménagères, dans  ses moments de repos se réfugiait dans sa caverne magique et rêvait  sa vie future, elle  imaginait le visage de sa maman, si elle avait un frère ou une sœur s’ils étaient  placés aussi dans une famille…ses pensées les racontait à son petit amis, quant lui portait quelque chose à manger et  pour jouer avec lui.

De jour en jour Lisbeth devenait plus triste, à l’école travaillait mal, n’aidait plus à la maison  etc… etc..
Jusque un jour en colère la femme lui dit : Bien tu es devenu une peste pour te punir tu iras vivre dans la grange et quand tu changerais ton comportement tu pourras revivre avec nous.

Bien sur Lisbeth avait tout prévu pour aller vivre dans la grange  avec le petit agneau.
Elle prenait bien soin de son nouveau compagnon elle était heureuse comme jamais de vivre dans la vieille grange, d’aller dans la forêt pour jouer avec lui et chercher des nouveaux gadget…

Sa famille adoptive avait 2 enfants Pierre  6 ans et Tom 4 ans. Ils étaient agaçants,  énervant et pardessus-tout  capricieux à point de les rendre des vrais pestes, ils faisaient des farces méchantes à la petite Lisbeth, qui allait pleurer en cachète dans la grange à chaque fois qu’ils lui faisaient du mal, et bien sur la maman punissait toujours Lisbeth s’ils pleuraient quand elle se protégeait.   
Aller vivre dans la grange pour elle c’était le paradis loin des cris, des méchancetés des deux garçons capricieux.

Un après midi que Lisbeth était dans la forêt avec son petit compagnon, un serpent dangereusement s’approchait d’elle, le petit agneau se dressa devant la petite orpheline pour la protéger  et sautant ici et là devant le serpent pour le faire fuir.

Dans un moment d'inattention du serpent,  Lisbeth se mit à courir sans garder où elle mettait les pieds, son petit compagnon la suivait  en broutant ici et la quelques feuilles d'herbe,   elle fut pris dans un piège, le petit agneau avec toutes ses forces bêlait
 Bêê !!! Bêê  toujours plus fort et rapprochés Bêê !!! Bêê Bêê !!! Bêê Bêê !!! Bêê comme s'il demandait de l'aide à quelqu’un

Le Gardian de la forêt en attendant le bêlement en loin prend son fusil une corde et se mette à courir ver le bêlement…
les  Bêê !!! Bêê  Bêê !!! Bêê  s’approchaient de plus en plus…

Quand le gardien arriva prés de l’agneau  se jeta dans son cou,  et cria d’émotion  « juju !!  juju c’est toi ? » c’était son petit agneau qui c’était égaré depuis quelques mois déjà, puis vit  la petite fille que tremblotait de peur, délicatement la libéra et la rassura qu’elle n’avait rien de cassé,  puis lui demande  son nom …

Je m’appelle Lisbeth je vive dans  une famille  d’accueil pas loin de la forêt, car,  mes parents sont morts  dans un accident quand j’avais 2 ans et puis le raconte comme avait trouvé son petit ami prisonnier d’un piège... etc… etc

Le gardien de la forêt regarde la petite orpheline et deux grosses larmes surgirent de ses yeux, avec douceur dit :  Lisbeth Theruchash ?
La petite orpheline lui dit  « Oui Vous me connaissez ?
Le gardien de la forêt la prend entre ses bras et lui dit : Je suis ton grand frère, j’avais 20 ans quand papa et maman on eu l’accident tu étais avec eu dans la voiture et depuis je croyais que tu étais morte dans l’accident…

Lisbeth d' aujourd’hui tu  viens vivre avec moi et ma femme, tu as un petit neveu de 3 ans  qui s'appelle  Ewen, je prendrais bien soin de toi ma petite sœur.  

Lina Randazzo
06 novembre 2013
 Copyright © All Rights Reserved 

29/10/2013

Dans mon jardin ◘ Nel mio giardino ✔


~ DANS MON JARDIN ~

Sur l'herbe et arbustes dort
un léger voile blanc,
comme un jeu de prestige
les couleurs et formes changent
dans mon jardin froid.

Dernier moineau solitaire
cherche refuge dans le cœur
d’un arbre qui le console,
entre-temps des pensées lointaines
volent mon âme solitaire

Dans le fond de mon jardin
de taciturnes papillons blancs
dansent une farandole, puis
suaves s'inclinent devant
celui qui les a créés

Fatigués sans peur, lents
comme un chapelet ils se posent
 à ses pieds dans une douce torpeur,
naît dans le cœur une prière
envahissant mon âme…

Comme un doux message

"Lina Randazzo" 05-03-2012
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
~~♥~~•~~♥~~
~ NEL MIO GIARDINO ~
Sull’erba e arbusti dorme
un leggero velo bianco,
come un gioco di prestigio
colori e forme cambiano
nel mio giardino freddo

Ultimo passero solitario
cerca rifugio nel cuore di
un albero che lo consola,
intanto lontani pensieri rubano
la mia anima solitaria

Nel fondo del mio giardino
tacite farfalle bianche
danzano una forandola, poi
soavi si inclinano davanti
colui che li ha creato

Stanche senza timore, lento
come un rosario si posano
ai suoi piedi in un dolce torpore,
nasce nel cuore una preghiere
invadente l'anima mia...

Come un dolce messaggio

"Lina R.05-03-2012"
Copyright © 2012. All Rights Reserved.

...♥

27/10/2013

Un Petit point noir ◘ Un Piccolo punto nero ✔


• UN PETIT POINT NOIR

Seule dans cette grande solitude
j'observe dans la grande immensité
un petit point noir,
silencieuse j’attends qu'il brille
sous forme d'une étoile,
cette étoile que jadis j'ai
tant aimée, et je reste là...
là, immobile dans l'obscurité à
l'observer même dans l'invisibilité
rendent magique des instants d’existences.

Je la guette dans mon petit coin,
qu’enfin doucement elle me
sourit, je la respire jusqu'à
m'en remplir les poumons de
sa beauté, j'allonge les bras
comme pour vouloir l’atteindre et avec
tendresse je cherche à l'effleurer
pour leur donner un petit baiser
jusqu'à me remplir l'âme d'une
étrange joie jamais connue.
.
Mes yeux s'ouvrent comme
un fleuve en tempête en me
transportant sur le rivage de
douleur et de la perfide réalité…
C'était tout un rêve que seulement
toi, amie solitaire, enveloppée dans 
ta blancheur la plus resplendissante
tu sais m'offrir avec une caresse
dans mes nuits d'insomnie
perdue en ce petit point noir
dans un immense univers...

Lina Randazzo
Juillet 2009
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
. ˙·٠•● Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ●•٠♥ ٠•● Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ●•٠

• Un piccolo punto nero
Sola in questa grande solitudine
osservo nella grande immensità
 un piccolo punto nero,
 silenziosa aspetto che brillerà
 sotto forma di una stella,
quella stella che jadis ho
tanto amato, et resto li...
li, immobile nell’oscurità ad
osservarla anche nell'invisibilità
rendendo magico attimi d'esistenza.

La spio nel mio angolino,
finché dolcemente lei mi
sorriderà, la respiro fino ad
riempirmene i polmoni della
bellezza, allungo le breccia 
come volerla  raggiungerla et con
tenerezza cerco di sfiorarla
per darle un piccolo bacio
fino a riempirmi l’anima di una
strana gioia mai conosciuta.

I miei occhi si aprono come
un fiume in tempesta,
trasportandomi sulla riva del
dolore et della perfida realtà…
Era tutto un sogno che solamente
tu, amica solitaria, avvolta nel tuo
biancore più splendente, con una
carezza sai offrirmi nelle mie notte di
insonnie persa in un piccolo punto nero
in un immenso universo...

Lina Randazzo
Juillet 2009
Copyright © 2012. All Rights Reserved.

...♥

26/10/2013

J'aime la nature... ◘ Amo la Natura...✔

J'AIME LA NATURE

J'aime la voir se développer dans
Les différentes périodes de l'année
j'aime le murmure des arbres
quand le soleil les embrasse
je m’attriste quand le
vent automnal les déshabille

J'aime voir des papillons
de mille couleurs danser
sur des pétales de roses qui
s'ouvrent au soleil  levant
le même soleil qui frappe à
nos portes pour nous réchauffer

J’aime admirer tout ce qui
m'entoure, à travers leur
métabolisme, je vois refléter
notre vie que jour après jour,
comme des automates, nous
vivons les quatre saisons de l'an

Automne métaphores de :
abandon de soi-même
mélancolie dans l’âme
se déshabille et se couvre
apathies, folies, abandon
ivresse rouge comme le bon vin,
souvenirs jamais morts comme
les jours de cimetière

Hiver emblème de :
tristesse, séparation, douleur,
deuil, solitude, larmes, repos,
repos forcé mais réparateur
La recherche de soi-même
doute, confusion dans la foi
la recherche d'un DIEU..

Printemps symbole de :
naissance d'un amour,
un enfant tant attendu qui arrive,
naissance d’une amitié, d'un espoir,
d’une victoire, d’une délivrance
croire sans voir, invisible mais réel
invisible comme l'air, pourtant il existe"

Été le cœur du :
triomphe dans la vie, dans la famille,
dans les amitiés, dans la foi
croire et savoir que DIEU existe
Enfin savoir que pour nous et la nature
après la mort il y a la voie éternelle.
Oui, J’aime vraiment  observer la nature

J’aime l'écouter quand le
soir donne place aux souvenirs
quand je prie Dieu avant de
fermer les yeux pour rêver
en me rappelant que sans elle
 rien n'existerait comme la foi en Dieu

"Lina Randazzo"
Octobre 2013
Copyright © 2012. All Rights Reserved.

 

 

 

 

   

 Amo  la natura

Amo vederla svilupparsi nei
suoi diversi periodi dell'anno
amo il mormorio degli alberi
quando il sole li bacia
mi rattrista quando il
vento autunnale li spoglia

Amo veder farfalle danzare su
petali di rose aprirsi al sole
lo stesso sole che ci riscalda
Amo ammirare tutto ciò che
mi circonda, attraverso il loro
metabolismo vedo riflessa
la nostra vita che giorno
dopo giorno  viviamo come
le quattro stagioni dell'anno

Autunno metafore di:
abbandono di sé stesso
malinconia nell'anima
qui si spoglia  e qui si copre
apatie,follie, abbandono
ebbrezza rossa come il buono vino,
ricordi mai morte come
 i giorni di camposanto

Inverno emblema di:
tristezza, separazione, dolore,
 lutto, solitudine, lacrime, riposo,
riposo forzato ma riparatore
la ricerca di sé stesso
dubbio, confusione nella fede
la ricerca di un Dio..

Primavera simbolo di:
nascita di un amore,
un bambino tanto aspettato in arrivo,
nascita di un'amicizia, una speranza,
di una vittoria, di un rilascio
credere senza vedere, invisibile ma reale
invisibile come l'aria, tuttavia esiste"

Estate il cuore del :
trionfo nella vita, nella famiglia,
nelle amicizie, nella fede
credere e sapere che DIO esiste
Sapere infine che noi e natura
dopo  la morte ce la via eterna.
Si, amo veramente osservare la natura

Amo ascoltarla quando la
sera da spazio ai ricordi
quando prego Dio prima di
chiudere gli occhi per sognare
ricordandomi che senza lei niente
esisterebbe come la fede in Dio

"Lina Randazzo"
ottobre  2013
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
 ...♥

24/10/2013

Petite pensée sur l'amitié... ◙ Piccolo pensiero sull'amicizia...


L'amitié c'est...              "Image soumise à des droits d'auteur"

"L'amitié c’est un rares cadeau qu'on reçoit, et on ne peut pas l’expliquer...  
il suffit de le recevoir avec le plus grand soin, sans jamais le détruire, ou l'oublier au fond d'un tiroir."
(Lina Randazzo)
Copyright © 2012.
   ~~~~~~~~~~~~
  "L'amicizia è un raro regali che si riceve e non si può spiegarlo...
 basta riceverlo con più grand cura, senza mai distruggerlo o dimenticarlo in fondo d'un cassetto."
(Lina R.)
  Copyright © 2012.
...♥

12/10/2013

J’EN AI ASSEZ…«à chacun de vous» ◘ Ne ho abbastanza..."ad ognuno di voi" ✔


• J’EN AI ASSEZ… «à chacun de vous»   "Poésie sur la réflexion"

Tu étais plus important pour moi
Bien plus que je pensais
laissant un grand vide en moi et
dans ce domicile où tout parle de toi
Mais je dois m'en aller, aller loin de
cette solitude qui me dévore à l'intérieur
juste à la fin de cette existence,
partir loin de qui ne sait pas comprendre
ne sait pas donner ce que vraiment mon âme
recherche dans cet espace plein de solitude.
Ainsi  rappelle-toi que je t'aimais,  je t’aime et  je
t'aimerai où que j'aille, où que je sois.
Je regretterai sûrement ce que je fais en ce moment
et de mon passé,  je regretterai d'avoir gardé en moi des
secrets qui tuent à chaque instant d'existence, en chaque
partie de moi-même, à chaque jour et toujours plus à petit feu…
Je connais le sens de la solitude parmi des milliers de personnes,
mais l'unique chose, que je voudrais savoir avant de m'en aller,
c'est si toi, tu l'avais remarqué, et si toi,  tu m'as jamais aimée
Avidité, avidité laide, tu rends impossible les vraies valeurs
des sentiments, les vraies valeurs d'une famille unie
Tout est faux, tout est construit sur les intérêts  personnels,
sur l'avidité pour seulement apparaître, et aussi à force de
 piétiner les sentiments et les vraies valeurs humaines.
OUI, oui sûrement  je regretterai d'avoir laissé ce
message énigmatique,  message de désespoir, à toi qui es
en train de me lire, toi que ne comprendras pas l'aide que
je suis en train de demander..
Je tiens à préciser que je suis la même que
tu as aimée, qui t'a aimé hier, aujourd'hui et pour l'éternité.
Rappelle-toi, toi qui es en train de me lire
peut-être je suis une personne qui souffre en silence
une personne n'importe laquelle de ce monde
 fermé à la souffrance de son propre voisin de paillasson ...

 (Lina Randazzo)
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
…..\\ ◘ //…▒…..\\ ◘ //…▒….
NE HO ABBASTANZA..  «ad ognuno di voi»
Eri più importante per me
di più di quando io pensasi
lasciando un grande vuoto dentro me ed
in questa dimora che tutto parla di te
Ma devo andar via, via lontano da
questa solitudine che mi divora dentro
  fino alla fine di questa esistenza,
andare via lontano da chi non sa capire
e non sa dare ciò che veramente
la mia anima cerca in questo
spazio colmo di solitudine
Pertanto ricordati che ti amavo
ti amo e ti amerò ovunque
io vada ovunque io sia
 Sicuramente mi pentirò di ciò che farò
in questo momento, e del mio passato
mi pentirò di aver custodito dentro me
secreti che uccidono ogni attimo d'esistenza
ogni parte di me stesa ogni giorno  sempre di più
a piccolo fuoco.
Conosco il significato della solitudine tra mille persone
Ma l'unica cosa che vorrei sapere prima di andar via
se tu l'avevi notato, se tu mi hai mai amato
Avidità, brutta avidità, tu rendi
impossibile i veri valore dei sentimenti
i veri valori d'una famiglia unita
Tutto è falso, tutto è costruito
sugli interessi personali et l'avidità
per solamente apparire anche a costo di
calpestare i sentimenti ed i veri valori umani
Si, si sicuramente mi pentirò di aver
lasciato questo  enigmatico messaggio
messaggio di disperazione  a te che
mi stai leggendo, te che non capirai
l'aiuto che sto chiedendo..
Tengo a precisare che sono la stesa
persona che hai amato, che ti ha amato
ieri, oggi e per l'eternità.
ricordati, te che mi stai leggendo
forse sono una che soffre in silenzio
una qualsiasi in questo modo chiuso
alla sofferenza del suo proprio vicino di zerbino....

(Lina Randazzo)
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
...♥

11/10/2013

Symphonie de… ◘ Sinfonia di…. ✔



• SYMPHONIE  de…

Ô mort, symbolique d’une vie vécue
dans une guerre perdue d’avance
Ô mort, conquérante de qui
refuse une vie sans pitié
Ô mort, qui libère le fardeau
d’une vie vécue dans l’horreur
d’une guerre sans merci…

Ô mort, mélange de corruptions et honte
Ô grand échiquier d’une guerre qui
réfléchit à comme mieux  réunir
la victoire et la défaite dans
une fragile paix tant enviée
Ô mort, toi qui promets la
lune près du soleil, ô toi mort !!!

Ô toi mort, âme de toutes vies perdues qui
n’osent pas protester devant ta puissance
laissant derrière soi, son souffle en abandon
laissant  en héritage l’amour triompher à jamais
Symphonie héroïque de Beethoven, tu
accompagnes le cortège de carnage
des derniers martyrs…

Symphonie de cris douloureux
accompagne le temps heureux qui s’en va
et la naissance de la désolation
Ô macabres corps inébranlables sans nom
piles d’une machine infernale de fous
Ô mort, tu portes avec toi la triste
histoire d’un drame jamais connu.

Ô mort tu laisses aux derniers survivants
Beaucoup d’encre rouge en héritage, pour
écrire cette grande histoire inhumaine…

(Lina Randazzo)
2 octobre 2013
Copyright © 2012. All Rights Reserved.
....\\ ◘ // ....▒.... \\ ◘ // ....
      • SINFONIE di….
 Oh morte, simbolica di una vita vissuta
 in una guerra persa in anticipo
Oh morte, conquistatrice di chi
rifiuta una vita senza pietà
Oh morte che libera il fardello
di una vita vissuta nell'orrore
di una guerra senza grazie...

Oh morte, miscuglio di corruzioni e vergogna
Oh grande scacchiera di una guerra che
 riflette a come meglio riunire
la vittoria e la disfatta in
una fragile pace tanta invidiata
Oh morte, tu che prometti la
luna vicino del sole, oh tu morte!!!

Oh tu morte, anima di ogni vita persa che
non osa protestare davanti al tuo potere
lasciando dietro se, il suo soffio in abbandono
lasciando in eredità l'amore trionfare per sempre
Sinfonia eroica di Beethoven, tu
accompagni il corteo carnefice
degli ultimi martiri…

Sinfonia di grida dolorose
accompagna il tempo felice che se ne va
e la nascita della desolazione
Oh macabri corpi incrollabile senza nome
intasati da una macchina infernale di pazzi
Oh morte, tu porti con te la triste
storia di un dramma mai conosciuta.

Oh morte tu lasci  agli ultimi sopravvissuti
molto inchiostro rosso in eredità per
scrivere questa grande disumana storia…

Lina Randazzo 2 oct 2013
Copyright © 2012. All Rights Reserved.

...♥

10/10/2013

à méditer ..◘.. a meditare "anonyme"

À 5 ans tu dis Maman je t’aime
À 10 ans maman je t’aime bien
À 13 ans maman je peux ?
À 15 ans maman ne me rompre  pas…
À 20 ans je veux partir de cette maison
À 35 ans je veux retourner chez maman
À 50 ans ne parte pas maman
À 70 ans tu dis,  je donnerai quelconque chose pour 5 minutes  avec ma maman
 anonyme sur le net
…◘….◘….◘….◘…
A 5 anni  dici Mamma ti amo
A 10 anni, mamma ti voglio bene
A 13 anni, mamma posso ?
A 15 anni, mamma non mi rompere
A 20 anni, voglio partire da questa casa
A 35 anni, voglio ritornare da mamma
A 50 anni, non partire  mamma
A 70 anni, dici darò qualsiasi cosa per 5 minuti con mia mamma
 anonime su il net
...

04/10/2013

"La vraie richesse" ◙ La Vera ricchezza

    La vraie richesse   
• "La vraie richesse d’un homme  
est mesuré à sa générosité de donner
sans se vanter aux quatre vents"
  (Lina Randazzo)
Copyright © 2012
     ~ ~*~ ~
- La vera ricchezza
• "La vera ricchezza di un uomo
 è misurata alla sua generosità di dare
senza vantarsi ai quattro venti"
  (Lina Randazzo)
Copyright © 2012
------------------------------◘----------   
"Où nos capacités finissent
commence notre foi.
Une foi forte voit l'invisible,
il croit l'incroyable
et reçoit l'impossible.
"dicton Bouddhiste"
~ ~*~ ~
“Dove finiscono le nostre capacità
inizia la nostra fede.
Una forte fede vede l’invisibile,
crede l’incredibile
e riceve l’impossibile.”
"Detto Buddista"
...♥

26/09/2013

Les systèmes économiques qui... "Mahatma Gandhi "

«Les systèmes économiques qui négligent les facteurs moraux et sentimentaux sont comme des statues de cires :
 ils ont l'air d'être vivants et pourtant il leur manque la vie de l'être en chair et en os.»
[Gandhi] - Extrait de "Lettres à l’Ashram"
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
I sistemi economici che trascurano i fattori morali e sentimentali sono come le statue di cera:
 hanno l'aria di essere vivi e tuttavia manga loro la vita dell'essere in carne  ed in osso."
[Gandhi] - estratto  de "Lettere a l’Ashram"

24/09/2013

• l'arbre de cerises ~◘~ l'albero dei ciliegi

 L’arbre de cerisiers

Dans mon jardin, j’ai des cerisiers "celui-ci sur la photo" Un jour je me suis dis :
Comment est possible que  après chaque hiver  ses branches  toutes recouvert de neige, surtout celui ci  qui pardessus est très vieux plain d’écorcés vert/gris que le couvre,  donne autant de cerises bien juteux et d'un rouge vive à attirer tous les corbeaux de la région.
D’un seul coup, il m’a donné l’occasion de réfléchir...

Un jour ma petite fille Doreen avec tristesse avait dit, à sa maman:

"J’ai peur que mamie et papi se séparent" et cette peur était née après qu'elle ait entendu une conversation très animée entre son papi d'amour "comme elle l'appelle" et moi.

Bien sûr sa maman qui est ma fille est venue me rapporter ce que la petite Doreen, dans un moment de tristesse ou de peur lui avait dit
Puis le lendemain je me suis isolée avec ma petite princesse et je lui ai dit :

"Tu vois ma chérie, quand tu es à l'école, ou bien que tu dors, ton papi et moi nous, nous nous donnons des petits bisous, nous nous aimons très fort, et ce que tu as vu hier est seulement une facette de notre couple quand nous sommes irrités, mais tu n'as pas vu quand nous dansons ensemble, nous nous embrassons et nous sommes heureux…. et même si nous crions l’un sur l’autre, sache que, nous nous aimons profondément....

Puis elle m’a serré fort dans ses bras et m'a donné un gros bisou.
Alors je l'ai prise par la mais et nous allâmes dans le jardin tout prêt d'un vieux arbre à cerises.
je lui dis:

"Tu vois ma chérie cette arbre ? Il y a bien longtemps que le grand-père de ton papi d'amour l'a planté ici .
 Il est là bien plus de cinquante ans.
Et depuis ce jour là, avec la tempête, le gel, la neige, l’inondation, il reste fièrement là début, ni la chaleur tropicale ni le froid sibérien, ni vos cris quand vous faites la cueillette en cassent parfois ses branches réussissent à le déraciner. Tu sais pourquoi ?

Non!  Elle répondit.
J'ai  répondu...- C'est vrais il est très vieux, fatigué et pourtant à chaque été il nous donne des belles cerises, tout simplement parce qu’il a des racines profondes, et ses branches s’élèvent ver le ciel comme un signe de remercient. Puis je continue

Le soleil le connait de plus longtemps il l'aime beaucoup, alors le caresse avec douceur toute la journée, mais le froid jaloux de cette complicité le déshabille pour le rendre moche, mais le soleil après son passage dévastateur le réconfort avec ses rayons, et à chaque caresse des nouvelles feuilles naissent là ou le froid était passé.
Je t'aime mamie! Oui j'ai compris  me dit Doreen en se serrant fort à moi. 
Alors vous êtes comme ce cerisier,avec le méchant froid et les caresses du soleil... Même quand vous, vous disputez vous vous aimez beaucoup,   vous resterez toujours ensemble et nous serons toujours vos petit enfants. N'est-pas mamie.
 Lina Randazzo
6 mai 2012
Copyright © All Rights Reserved.   
                                           
moralité
Ne jamais se fixer sur l’apparence visible, mais voir au delà  dans le  plus profond de l’âme... comme l’arbre   même si le vent emporte les feuilles loin ou la tempête brise des branches, peu importe parce que ses racines sont  très serrées entre elles pour l'éternité... Lina



foto del mio giardino 


L’albero di ciliegi   
 
Nel mio giardino ci sono  alberi di ciliegi "questa foto"
Come è possibile che dopo ogni inverno i suoi rami tutti ricoperti di neve, soprattutto questo qui, che è molto vecchio perdi-più pieno di scortecciati verde/grigio che lo copre, dà tante ciliegie succose d’un rosso vivo ad attirare tutti i corvi della regione.
All’improvviso, mi ha dato l’opportunità di pensare...

Un giorno mia nipotina Doreen con tristezza disse a sua mamma:

"Ho paura che la nonna e il nonno si lascino" e quella paura era nata dopo che lei aveva sentito una conversazione molto animata tra il suo papi d’amore "come lei lo chiama" e me.
Naturalmente la sua mamma che è mia figlia è venuta a riferirmi quello che la piccola Doreen, in un momento di tristezza o di paura le aveva detto
Poi il giorno dopo mi sono isolata con la mia principessina e le ho detto:

"Vedi, tesoro, quando sei a scuola, o tu dormi, il tuo papi ed io ci diamo dei piccoli bacini, danziamo su una musica che passa alla radio, le spiego con calma che  suo papi ed io ci amiamo molto, ma molto forte, e ciò che hai visto ieri è solamente una sfaccettatura di noi  quando siamo irritati, ma non hai visto quando danziamo insieme, ci baciamo e siamo felici, ed anche se gridiamo uno sull'altra, sappi che, ci amiamo profondamente....
Poi lei mi ha stretto forte tra le sue braccia e mi ha dato un grosso bacio.
 
Dopo di-ché  le presi la mano e siamo andati nel giardino vicino a un vecchio albero di ciliegie. E le ho detto:

"Vedi cara mia questo albero? Il nonno di tuo nonno l’ha piantato qui molto tempo fa. Ed è  qui ben più di 50 anni.
Da quel giorno, con la tempesta, il gelo, la neve, l’inondazione, rimane orgogliosamente lì, né il caldo tropicale né il freddo siberiano, né le vostre grida quando fate la raccolta rompendo i suoi rami riescono a sradicarlo. Lo sai perché ?

No! Lei rispose.
Le ho risposto...- È vero che quest'albero è molto vecchio, stanco e tuttavia ogni estate ci dà  belle ciliegie, semplicemente perché ha radici profonde, ed i suoi rami si elevano nel cielo come un segno di ringraziamento. E poi continuo 

Il sole lo conosce da molto tempo, lo ama molto, così lo accarezza con dolcezza tutto il giorno, ma il freddo geloso di questa complicità lo spoglia per renderlo brutto, ma il sole dopo il suo passaggio devastante lo conforta con i suoi raggi, e ad ogni carezza  nuove foglie nascono là dove il freddo era passato.

Ti amo nonna! Sì ho capito disse Doreen stringendosi forte a me.
Allora cosi, siete come questo ciliegio,con il freddo cattivo e le carezze del sole... Anche quando voi, vi litigate vi amate molto  
 et restate sempre insieme e saremo sempre i tuoi piccoli nipotini . Vero nonna.
 
 Lina R.
06/05/2012
Moralità 
 
Non fissarsi mai sull'apparenza visibile, ma vedere al di là nel più profondo dell'anima,,, come l’albero, anche se il vento porta lontano le foglie o la tempesta spezza dei rami, poco importa, perché le loro radice son ben intrecciate tra di loro per l'eternità. Lina ♥ 

  ...♥